hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere: les approximations de Delphine Batho Touchepasmaroche-mere: les approximations de Delphine Batho

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • les approximations de Delphine Batho

    Gaz de schiste : les approximations de Delphine Batho

     Publié le 18 septembre 2012 




    Comme chaque semaine, Les Décodeurs se penchent sur l'émission hebdomadaire "Tous politiques", sur France Inter, dont Le Monde et l'AFP sont partenaires. L'invitée cette semaine était Delphine Batho, ministre de l'écologie. Retour sur ses oublis et approximations.


    La fracturation hydraulique n’est pas la seule manière d’extraire les gaz de schiste

     
    Questionnée sur les gaz de schiste, Delphine Batho s’est réjouie de l'interdiction de leur extraction, confirmée vendredi 14 septembre par François Hollande, en ouverture de la Conférence environnementale. Pourtant, si le chef de l’Etat a bien exclu toute exploitation de gaz de schiste avec la technique de la fracturation hydraulique, il a laissé la porte entr'ouverte à d’autres techniques. Ce que Mme Batho a ignoré à plusieurs reprises. 

    Ce qu’elle a dit : "La fracturation hydraulique, qui est la seule technique qui existe pour exploiter et explorer les gaz de schiste, est interdite. Et toutes les demandes de permis qui relèvent de cette technique et qui viseraient à l'exploitation des gaz de schiste sont rejetées, et s'il y en avait d'autres elles le seraient également pour la durée du quinquennat. (...) C'est un fait, qui est irréfutable, il n'y a pas aujourd'hui d'autres techniques que la fracturation hydraulique.

    Pourquoi c’est inexact : Vendredi, le chef de l’Etat a demandé à Delphine Batho "de prononcer sans attendre le rejet des sept demandes de permis d'exploitation auprès de l'Etat et qui ont légitimement suscité l'inquiétude dans plusieurs régions de France". Ces permis concernaient en effet une exploitation par la technique de la fracturation hydraulique. 

    En revanche, il est inexact de marteler que c’est la seule technique qui existe ou existera. Et ce sont les députés socialistes – dont Delphine Batho – qui avertissaient du risque de limiter l’interdiction des gaz de schiste à la seule fracturation hydraulique. 

    En juillet 2011, quelques jours après le vote d’une loi voulue par le gouvernement Fillon interdisant la fracturation hydraulique, le groupe socialiste avait déposé une proposition de loi visant à prohiber l’exploitation des gaz de schiste, quelle que soit la technique employée. Et ce aux motifs suivants : 

    "Le texte adopté n'interdit nullement l'exploration et l'exploitation d'autres hydrocarbures non conventionnels. Il interdit simplement la fracturation hydraulique, la technique communément utilisée aujourd'hui pour récupérer, notamment, les hydrocarbures de schiste. (...) 

    Or, d'autres techniques existent et sont aussi impactantes pour l'environnement que la technique interdite par le texte. Il s'agit par exemple de la technique de "fracturation pneumatique", qui consiste à injecter non pas de l'eau mais de l'air comprimé dans la roche mère afin de la désintégrer, ou à utiliser la fracturation en injectant du propane gélifié (deux techniques actuellement expérimentées aux Etats-Unis)"

    De fait, si elles sont expérimentales à l'heure actuelle, il existe effectivement d'autres techniques : fracturation pneumatique, par arc électrique ou même au GPL (lire ici pour plus de détails). Le Mexique a récemment autorisé la société américaine Chimera Energy Corporation à déployer sa nouvelle technique non-hydraulique d'extraction de gaz de schiste dans le bassin de Chicontepec. 

    Dans Le Monde daté mardi 18 septembre, le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, estime d'ailleurs que "Hollande a condamné la fracturation hydraulique [...] mais pas le gaz de schiste en soi".

    © Le Monde.fr

     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire