hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Gaz de schiste : 133 communes bientôt forées autour de Soissons

    publié le 03 Octobre 2013  




    AISNE - Après le permis dit de Château-Thierry, un deuxième permis d’exploration de gaz de schiste pourrait être accordé dans l’Aisne. Il couvre 133 communes entre Anizy-le-Château et Grand-Rozoy.

    La demande de permis du Français Galli Coz concerne cette zone


    La zone change mais les opposants restent. Les collectifs axonais qui militent contre la recherche d'hydrocarbures dans le sous-sol autour de Château-Thierry sont sur le pont contre un éventuel permis d'exploration du gaz de schiste demandé pour la zone de Soissons. Ils animent en ce moment des réunions d'information pour mobiliser les habitants, principalement du Sud de l'Aisne.

    Trouver de l'huile de schiste dans les sous-sol

    Un deuxième permis d'exploration du gaz de schiste a en effet été demandé au ministère de l'environnement par la société française Galli Coz. Il vise à explorer le sous-sol de 133 communes autour de Soissons (de Anizy-le-Château, Urcel et Pinon au Nord, à Beugneux et Grand-Rozoy - voir carte). Son but : trouver de l'huile de schiste (contrairement à la société Hess oil à la recherche de gaz de schiste autour de Château-Thierry).

    A l'origine du projet, trois pétroliers pour un périmètre de recherche encore plus grand. Todéador, Concorde et Galli Coz, souhaitaient un permis de 1 444 m2, le permis dit « d'Ourcq ». Finalement, Galli Coz est reparti seul, visant les 984 m2 du permis dit « de Soissons ».

    La demande de permis, déposée le 31 mai 2008, est actuellement dans la phase de consultation. Elle pourrait être accordée pour une durée de cinq ans (durée légale en France). Mais, la seule méthode d'extraction du pétrole de schiste existante actuellement, la « fracturation hydraulique » (qui consiste à forer verticalement puis à injecter de l'eau, du sable et des produits chimiques à très haute pression, pour faire remonter les hydrocarbures) est interdite en France depuis la loi du 13 juillet 2011. Une question de constitutionnalité a donc été déposée pour faire invalider cette loi qui protège pour l'instant les populations contre ces méthodes. Le conseil constitutionnel doit statuer au début du mois d'octobre.

    Le collectif d'opposants Gazpart souhaiterait en attendant que les élus des 133 communes concernées par le permis se prononcent contre la demande, et votent, chacune, une délibération en conseil municipal. Ils souhaiteraient également, un débat contradictoire avec la société Galli Coz, qui reste muette jusqu'à présent.

    © Lucie TANNEAU - L'Aisne Nouvelle.fr


     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire