hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere: L'EDITO Touchepasmaroche-mere: L'EDITO

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • L'EDITO

    SAVOIR pour CROIRE !

     Publié le 02 Juin 2014 








    J’ai décidé de ne rien publier pendant la période électorale, pour éviter toute interprétation politique partisane, qui aurait pu m’être imputée ou aux membres de notre association. J’ai profité de ce laps de temps, pour observer les comportements des uns et des autres et les entendre, et rencontrer à nouveau les principaux décideurs civils, politiques et les scientifiques concernés par les GHRM pour connaître leurs points de vue après l’arrivée des nouvelles autorités politiques.

    De façon officielle, il y a une divergence de vue entre les principaux décideurs au sein du gouvernement, somme toute compréhensible, reste à savoir qui obtiendra la décision finale ? Cette mise à jour, permet de mesurer comment notre pays aborde les solutions, pour régler ce dossier très sensible face aux enjeux économiques, mais surtout face aux réactions des citoyens.

    Le plus incroyable pour la majorité des gens, c’est de croire que le problème du schiste c’est fini ! Cette rumeur sert d’étouffoir à l’action et à l’immobilisme des citoyens.

    Les autorités et les décideurs sont en cours de réalisation discrète, avec un bémol de taille : celui de savoir comment faire passer la pilule, aux habitants, sans trop de casse dans l’opinion ? Il faut donc trouver des compromis, par des échanges avec les opposants patentés. Notons que le sujet précis des GHRM revient sur le devant de la scène de l’actualité depuis 2009 à des périodes bien précises. Régulièrement aux périodes d’élections !

    C’est donc bien avant qu’il a fallu négocier pour éviter trop de troubles.

    Cependant en deux ans, les 4 ministres qui se sont succédé au ministère de l’écologie et de l’énergie sont tous opposés aux GHRM, mais pas celui de l’économie qui reste en fonction, et qui est nettement favorable à leur exploitation.


    Notre démarche reste toujours d’aborder le problème de l’exploitation des schistes non pas comme idéologues, mais comme des analystes non conformistes pour comprendre le système, vérifier les intentions et le mode opératoire des divers intervenants.

    1. 1. C’est exclusivement selon la loi, l’état seul qui met sur le marché des offres de concessions sous forme d’autorisations d’explorations et qui instruit et délivre les permis, avec une contrainte de faire exploiter ces réserves de façon rentable et sans trop d’opposition. 

    2. 2. Confirmation du peu de pouvoir d’un élu, face à ce pouvoir monolithique, quelque soit sa fonction, ses qualités et ses convictions et celle du citoyen pour s’opposer, même par son vote. 

    3. 3. C’est pourquoi, pour tous les acteurs de la politique, il est un fond de commerce utilisé selon les séquences, comme une affiche électorale à perpétuité. 

    Ces derniers mois, et ces derniers jours ont mis en évidence que les autorités sont plus dans la stratégie de la communication offensive, que dans la réalisation pratique de la gestion de la cité. Chacun peut constater que nous sommes toujours dans la phase du Discours de la Théorie, et non pas dans celui de la Pratique de l’Action. 

    J’observe depuis le début 2014, à de rares exceptions près, la passivité et l’indifférence face à ce constat par les habitants qui restent dépités, défaitistes et incrédules aux boniments des autorités. Face à cette situation, au climat déviant et instable il nous faut être sur nos gardes pour la protection de notre environnement, devant le risque grandissant de l’exploitation des GHRM et pour éviter d’entendre une fois de plus :

    « Je ne savais pas ou pire je croyais que c’était fini ».


    Pays de l’Omois le 02/06/2014.
    LES INTOUCHABLES 1901 ®
    lesintouchables1901@gmail.com
    www.Touchepasmaroche-mere.blogspot.fr
    © Le Président Fondateur Olivier ALERS


     

    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire