hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • John Francis Thrash veut "démontrer en France la fiabilité de la fracturation au propane"

    Publié le 25 Août 2014  


    Lien vers l'article original : ici

    © Travis S. - Flickr - C.C.
      John Francis Thrash est le PDG d’Ecorpstim. Cette société développe une technologie de fracturation à base de propane pour l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. Au cœur de l’été, il a signé plusieurs partenariats universitaires pour améliorer cet outil, vanté entre autres par le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg. 
     
    L'Usine Nouvelle - Ecorpstim s’est associé avec le collège de Médecine Baylor à Houston au Texas. Dans quel but ?

    John Francis Thrash - Ecorpstim veut démontrer que ses technologies, ses équipements et ses protocoles pour l'extraction d'hydrocarbures de schiste sont totalement respectueux de l'environnement et totalement inoffensif pour l'homme. Le Baylor College of Medicine va nous aider à analyser et vérifier les aspects de sécurité de nos systèmes du point de vue de la santé humaine.

    Vous avez également signé un accord avec le laboratoire britannique Glass Technology Services (GTS), spécialisé dans le verre. Que peut vous apporter une telle spécialité ?

    Le sable est parfois utilisé comme proppants [NdR : Agents de soutènement - billes qui maintiennent les failles ouvertes dans la roche fracturée] pour l’extraction du gaz de schiste. Le sable est en grande partie composé de silice, qui est le substrat de base utilisé dans la fabrication du verre, spécialité de GTS. Aussi, par exemple, GTS va nous aider à étudier la silice mésoporeuse. Cette forme spécifique est utilisée comme un système de délivrance de médicament chez l'homme en raison de sa nature non toxique et non nocive. Certaines de ses caractéristiques, comme la facilité à définir sa taille, sa forme ou sa densité, se révéleraient très utiles dans la conception de proppants pour la production de gaz de schiste.

    Avec la signature de nombreux partenariats de recherche ces derniers temps, faut-il comprendre que la technologie de fracturation au propane n’est pas encore mature ?

    La technologie de stimulation de propane a été utilisée sur de nombreux champs pétroliers et gaziers depuis 1978, sans un seul incident environnemental ou de sûreté. Le propane est utilisé dans des réservoirs compacts depuis longtemps et son emploi pour le gaz de schiste est possible depuis le milieu des années 2000. Ces partenariats illustrent le fait que nous nous efforçons continuellement d’améliorer nos pratiques. Je ne connais pas une seule technologie qui n’a pas été améliorée au fil du temps même si ses versions antérieures étaient tout à fait viables et sûres.

    En France, Ecorpstim a reçu des soutiens au plus haut niveau de l’Etat. Où en êtes-vous aujourd’hui dans le pays ?

    En France, depuis que la fracturation hydraulique est interdite en France, nous ne menons pas de développement de réservoirs de gaz de schiste. Mais nous croyons fermement que le pays devrait explorer ce qui est probablement un gigantesque potentiel. Pour y parvenir, Ecorpstim propose une technologie qui a reçu un accueil favorable de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPCEST) en novembre 2013. De plus, les médias ont à plusieurs reprises rapporté que le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg fait des références positives à la technologie de fracturation au propane pour mener des "expérimentations". Nous souhaitons réellement avoir une chance de démontrer en France la fiabilité et l’intérêt économique de notre technologie. Mais c’est au gouvernement français de prendre cette décision, pas à nous.

    © Propos recueillis par Ludovic Dupin - L'usine nouvelle


     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire