hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Gaz de schiste : le rapport enterré par le gouvernement

    Publié le 08 Avril 2015  



    Lien vers l'article original : ici



    INFO LE FIGARO - Un rapport d'experts, commandé par Arnaud Montebourg, recommandait l'expérimentation en France d'une technologie d'exploitation à base de fluoropropane, une alternative à la controversée fracturation hydraulique. L'exécutif n'a jamais accepté de la mettre en œuvre.

    Il n'est pas classé secret-défense, mais c'est tout comme. Le rapport sur «les nouvelles technologies d'exploration et d'exploitation» des gaz et huiles de schiste en France, que Le Figaros'est procuré, n'a été tiré qu'en sept exemplaires. Commandé par Arnaud Montebourg peu après son installation à Bercy comme ministre du Redressement productif mi-2012, achevé de rédiger début 2014, ce document a été consciencieusement enterré. Au grand dam de l'ex-ministre, qui refuse aujourd'hui de le commenter, mais confirme son authenticité.

    Le document n'a rien d'un brûlot. Mais le secret qui a entouré sa rédaction souligne qu'en France, le gaz de schiste reste un tabou absolu. Même quand ceux qui planchent sont les meilleurs experts de Bercy - ceux du CGEIET (Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie, et des technologies), un nid de brillants ingénieurs des Mines, de la DGCIS (direction générale de l'industrie), du Trésor - mais aussi de l'IFP (Institut français du pétrole), de l'OFCE ou du cabinet Roland Berger…

    Ce rapport conclut à la faisabilité d'exploiter des gaz de schiste sans recourir à la fracturation hydraulique, controversée sinon diabolisée, en tout cas interdite en France depuis la loi Jacob de 2011. Il souligne, en détail, combien la France pourrait en tirer parti, en termes de croissance, d'emplois, de compétitivité industrielle, d'indépendance énergétique. Et préconise une première phase d'expérimentation, par micro-forages en Ile-de-France et dans le Sud-Est. «Huit trous. Huit petits trous… c'est tout ce qu'on demandait!», se lamente un participant à ces travaux. «C'était le premier rapport officiel qui validait la technologie de stimulation au fluoropropane», explique un proche du dossier. Le document conclut qu'elle«présente une réelle alternative permettant de répondre aux problèmes environnementaux posés par la fracturation hydraulique».

    Veto absolu des Verts


    Cette technologie, est celle défendue de longue date par la société américaine eCorp. Vieux routier du secteur pétrolier et gazier, son patron, John Thrash, a d'abord défendu la stimulation au propane. L'avantage: on n'utilise pas d'eau, ressource assez rare. Inconvénient: le propane est inflammable. L'utiliser en quantité massive s'avère potentiellement très dangereux. D'où l'idée, développée courant 2013 avec la Rice University (Houston), d'utiliser le fluoropropane, inoffensif puisqu'on en trouve dans les extincteurs et même les inhalateurs.

    Injecté dans la roche pour réaliser la fracturation à la place de l'eau et des additifs chimiques qui font la mauvaise réputation de la fracturation hydraulique, le fluoropropane aurait l'avantage de pouvoir être récupéré plus facilement que l'eau, et donc d'être réutilisé. Selon ses promoteurs, la technologie «coche toutes les cases»: pas d'eau, pas d'additifs et moins de nuisances. La récupération limite la circulation des camions. La technologie s'accommoderait de micro-forages moins destructeurs de l'environnement et des paysages… «Comptez l'espace d'un parking de 15 places», lance un proche du dossier. Bref, ce serait la martingale contre toutes les objections qui empêchent depuis cinq ans la France de tenter l'aventure des gaz et des huiles de schiste, qui ont donné outre-Atlantique un spectaculaire coup de fouet à la croissance.

    La gestion politique du dossier, paralysée par le veto absolu opposé par les Verts et le ministère de l'Écologie, comme la prudence de l'Élysée et de Matignon, l'a tout simplement enterré. À Matignon, on indiquait lundi que le premier ministre «a décidé de ne pas donner suite au rapport, compte tenu des engagements du président de la République et des nombreuses inconnues autour de cette technologie américaine.»La révélation du contenu du rapport semble en tout cas embarrasser l'exécutif.«Pas sûr que ce soit la bonne façon de rouvrir le débat», objecte une source gouvernementale, pour qui il vaudrait mieux, d'abord, savoir si oui ou non la France a de l'or sous les pieds.

    Les sceptiques objectent à raison qu'il est curieux que cette révolution dont la France n'a pas voulu n'ait pas séduit ailleurs dans le monde. On parle cependant de contacts en Suisse, en Allemagne, en Espagne, en Algérie. Pas aux États-Unis, où la fracturation hydraulique a prospéré (même si la chute des cours a freiné le développement du secteur). Les majors du secteur non plus n'ont pas sauté le pas. À l'Assemblée nationale en 2013, dans un débat où John Thrash était présent pour défendre la fracturation au seul propane, un porte-parole de Total avait jugé la piste «intéressante pour certains types de réservoirs», mais précisé que la compagnie n'était «pas prête à promouvoir cette technique en Europe», «notamment par manque d'expérience». Une expérience qu'Arnaud Montebourg n'aura pas obtenu de tenter.




    © http://www.lefigaro.fr économie

     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire