hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Quand les Canadiens investissent dans le gaz de schiste français

    Publié le 21 Juin 2015  


    Lien vers l'article original : ici


    L'installation de stockage de Vermilion à Vert-le-Grand ©
    Virignie Pironon - 2015

    En Ile-de-France, quatre sociétés continuent à exploiter du pétrole, principalement en Seine-et-Marne et en Essonne. Parmi ces sociétés : l'entreprise Vermilion Energy.

    Avec une production de 12.000 barils de pétrole par jour, cette société canadienne produit plus de la moitié de son pétrole en France, une production qui correspond à peu près à 1% de notre consommation. En Essonne, il y a trois ans, Vermilion a racheté à Total quatre anciennes concessions, un rachat qui intrigue.






    Philippe Pascot est le fondateur et porte-parole du collectif "Non à l’huile et au gaz de schiste en Essonne" :

    Pourquoi des gens de Vermilion ont investi tant de millions en France pour des puits qui sont en fin de vie? Il vont investir 10 ou 15 millions d'euros. Ça me paraît très très bizarre.


    ► ► ► WEBREPORTAGE | Du pétrole en France pour combien de temps encore?




    Sur ces concessions que la Société Vermilion vient de racheter, elle demande l’autorisation de forer dix nouveaux puits. Car la spécialité de Vermilion est d’exploiter ce qu’on appelle les « gisements matures », autrement dit, des gisements déjà été bien exploités et dans lesquels l'entreprise puise au maximum ce qu’il reste.


    Jean-Pascal Simard, porte-parole de Vermilion :

    On n'aurait pas investi si on n'aurait pas cru à un potentiel économique en Essonne. A un moment donné pour Total, cette activité est devenu trop petite compte tenu de leur taille. Donc nous on a repris ces actifs, on a fait notre propres hypothèses en sachant qu'il y a toujours du pétrole en Essonne.


    Réunion publique à Leudeville 
    © Virginie Pironon - 2015

    Mais les opposants à l’huile et au gaz de schiste ne voient pas du tout les choses de cette façon. Car au Canada et aux Etats-Unis, Vermilion pratique la fracturation hydraulique pour le pétrole et le gaz de schiste. Le collectif "Non à l’huile de schiste" se demande donc si Vermilion, en rachetant ces concessions, n’a pas une idée derrière la tête. Il faut dire que la manière et surtout l’endroit précis où Vermilion prévoit d’aller chercher le pétrole étonnent le collectif.













    Philippe Pascot, fondateur et porte-parole du collectif :

    Ca ressemble beaucoup à du Canadra Dry : "je fais pas, mais je fais quand même". On prépare le terrain, mais officiellement on ne va pas le faire. On attend juste que la loi change ou qu'il y ait une acceptabilité sociale de cette histoire d'huile et de gaz de schiste.

    Implantation dans la ville


    Associations sportives, culturelles ou environnementales : en France, Vermilion, qui est également présente en Aquitaine, dispose d’un budget d’environ 100 000 euros par an pour financer des projets divers et variés. Par exemple : un don pour le voyage en Angleterre d’une classe de CM2 d’Itteville, un autre aux Jeunes Sapeurs Pompiers de Vert-le-Grand, une aide au financement d’une journée sur la sécurité routière pour des élèves de Leudeville, ou une plantation de tilleuls à Vaux-le-Vicomte, en Seine et Marne.


    Gislaine, habitante de Vert-le-Grand depuis plus de 30 ans, en est tombée des nues :

    Quand j'ai appris qu'ils organisaient un concours de pêche avec les enfants. Je me suis dit : comment se fait-il qu'ils achètent les enfants? C'est pour se donner une bonne image de marque. Ce n'est pas possible !


    L’entreprise précise agir en toute transparence. D’ailleurs, le PDG de Vermilion France, Darcy Kerwin, se dit très atteint par ces accusations :

    Ca apporte une ressource à la commune : 60 000 euros par an. Vermilion c'est une entreprise comme une autre.

    En plus des subventions aux associations, le maire de vert-le-Grand l’évoquait à l’instant, il y a en effet les taxes reversées aux collectivités locales et à l’Etat. En Essonne, ce sont 2 millions d’euros qui sont répartis entre le Département, la communauté d’agglo et les communes concernées.

    Pétrole conventionnel ou du pétrole de schiste ?


    Pétrole de schiste issu des essaispar fracturation hydraulique
    de Vermilion en Seine-et-Marne © Virginie Pironon - 2015

    Concernant ces forages, il s’agit bien d’une demande officielle pour du pétrole conventionnel. Mais comme Vermilion, avant que la France l’interdise en 2011, a testé la technique de la fracturation hydraulique sur deux forages en Seine-et-Marne,un doute subsiste.

    D'ici 2017, la loi peut encore évoluer. Ce sera alors aux politiques de trancher. Pour l’instant, le gouvernement actuel se veut prudent. Mais en cas d’alternance, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, eux, se sont déjà dits favorables à de nouveaux tests pour l’exploitation du pétrole et du gaz non conventionnels.










    © France Inter
     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire