hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Pétrole : l'or noir s'enfonce, l'Opep pompe encore !

    Publié le 12 Décembre 2015  



    Lien vers l'article original: ici




    (Boursier.com) — Les signes de surproduction pétrolière mondiale ont pesé une nouvelle fois, jeudi, sur les cours de l'or noir. Le prix du baril de brut américain WTI (aussi appelé "light sweet crude") reculait ainsi de 1% en soirée 36,80$ à New York, tandis que le Brent de la Mer du Nord tombait à 39,68$, en baisse de 1,1%.

    Les cours du l'or noir ont plongé d'environ 12% en moins d'une semaine, après la réunion infructueuse de l'Opep, le 4 décembre. Le baril de brut a abandonné plus de 60% depuis 18 mois, en raison d'une offre excédentaire mondiale dans un contexte de demande molle, notamment en raison du ralentissement économique chinois. Certains analystes estiment qu'à court terme, le pétrole WTI pourrait, après avoir enfoncé le seuil des 40$, tester ses plus bas niveaux de 2008, à savoir 32,48$ par baril, avant la fin de de l'année.

    La production de l'Opep au plus haut depuis plus de 3 ans


    Ce jeudi, l'Opep a encore contribué à la déroute des cours, en annonçant que sa production avait atteint en novembre son plus haut niveau depuis plus de trois ans, dopée par un bond de l'exploitation irakienne, et malgré un recul de la production saoudienne. Selon les données du cartel, sa production a progressé de 230.100 barils par jour le mois dernier à 31,695 mbj, au plus haut depuis avril 2012.

    Mercredi, l'annonce d'une baisse surprise des stocks de pétrole aux Etats-Unis en novembre avait entraîné un rebond du prix du brut, mais celui-ci n'avait duré que quelques heures, les stocks américains demeurant très élevés, au plus haut depuis près de 80 ans.

    Le 4 décembre dernier, le cartel pétrolier s'est réuni à Vienne mais n'a pas pu s'accorder sur des moyens de réduire sa production, ce qui aurait eu pour effet de soutenir les prix, comme le souhaitent certains de ses membres, notamment le Venezuela et l'Algérie. Dans son communiqué, l'Opep n'a finalement fait aucune allusion à ses quotas, ce qui a été interprété par les marchés comme un signe que le cartel va continuer de pomper bien au-delà du seuil des 30 millions de barils par jour qu'il s'était officiellement fixé jusqu'ici.

    Dans les faits, cela fait des mois que la production de l'Opep dépasse ces niveaux et se situe en moyenne autour de 31,5 mbj selon les experts, qui estiment à au moins 2 mbj la surproduction mondiale à l'heure actuelle.

    L'Opep table sur une accélération du recul de la production américaine de pétrole de schiste


    La stratégie de l'Opep, pilotée par son membre le plus influent, l'Arabie saoudite, est de parier à terme sur un étranglement de l'industrie américaine du pétrole de schiste, dont le prix de revient se situerait en moyenne autour de 40$ le baril... Dans ce bras de fer, Riyad et ses alliés du Golfe tablent sur le fait qu'à terme, l'offre et la demande mondiale finiront par s'équilibrer et par permettre aux cours de se redresser.

    Ainsi, ce jeudi, l'Opep a indiqué avoir révisé en baisse ses prévisions de production mondiale hors Opep pour 2016, à 57,14 mbj, en baisse de 250.000 bj, en raison d'un recul de l'exploitation de pétrole de schiste aux Etats-Unis. Dans son communiqué, l'Opep note que la production de pétrole de schiste fléchit depuis avril aux Etats-Unis et ajoute que ce recul devrait s'accélérer en raison de la forte baisse des prix du brut.

    Ainsi, alors que les pays non-membres de l'Opep pourraient ralentir leur production en raison des prix bas, le cartel continue sa politique agressive de gains de parts de marchés, grâce à des prix de revient souvent très bas, notamment dans les pays du Golfe.

    © 2015 - Victoria Adam - Boursier.com


     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire