hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere: L'EDITO Touchepasmaroche-mere: L'EDITO

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • L'EDITO

    « MYTHE DES SCHISTES LA FIN ? »

     Publié le 19 Avril 2016 








    Les Gaz de Schiste est le nom du sujet récurrent de communication qui retient l’attention dans le monde et plus particulièrement aux Etats Unis et en France depuis la chute des cours du pétrole (43 $ le baril).
    Tous les gros opérateurs historiques producteurs et investisseurs de ce secteur des HGRM sont sortis de ce marché depuis l’année dernière, en cédant à des plus petites compagnies leurs avoirs et leurs dettes.
    Ce qui explique qu’aujourd’hui aux Amériques tout ce secteur pétrolier est en pleine crise financière, avec plus de 1400 milliards de subprimes de fonds toxiques.

    Malgré, que sachant ce que nous savons, et ce que nous n’avons jamais cessé de le dire, d’écrire depuis plus de quatre ans sur notre blog et dans nos réunions sur les HGRM, qu’il est ahurissant aujourd’hui en France, d’entendre encore des politiques et des industriels de premiers plans soutenir l’exploration & l’exploitation des HGRM. Si la compétence technologique des dirigeants politiques peut être mise en doute, on ne peut pas accepter que celles des industriels du secteur dont c’est le métier ne soient pas engagées et sanctionnées.

    Pour certains membres d’associations amis, avec lesquels nous avions participé avec ces sociétés à des débats contradictoires, on est bien loin de leurs suffisances face à leurs résultats désastreux. Il suffit de voir les dégâts sociaux et boursiers de ces sociétés cotées, depuis ces derniers mois et ces derniers jours.

    Combien de petits porteurs, d’instituts financiers, d’établissements bancaires sont victimes des conseillers et d’élus dits 'hautement spécialistes' du secteur depuis 2012, qui à longueur d’articles, de chroniques, d’interviews, de réunions, de rapports etc, nous ont submergé de leurs certitudes et qui ne supportent pas la moindre contradiction. Ils n’hésitaient pas à nous traiter: d’oiseaux de mauvaise augure !

    Mais il y a aussi des citoyens qui ont cru aux chants des sirènes, et d’autres qui voulaient s’enrichir en louant leurs terres sans aucun état d’âmes, face aux conséquences dévastatrices des pollutions connues.

    Enfin, on ne peut qu’être plus que perplexe par la méthode employée par certains mouvements politisés qui se sont appropriés de façon exclusive et sectaire les huiles et gaz de schiste, en contestant avec une arrogance arbitraire et sectaire toute réunion ou débat avec les opérateurs représentatifs du secteur des HGRM.
    La stratégie de communication de la rue a été leur choix par la contestation politique partisane et par les manifestations médiatiques comme moyen tactique d’obtenir des représentants politiques dans les diverses assemblées, avec le soutient du pouvoir en place (CQFD).


    Aucun parti politique en charge du pays, aucune société fournissant l’intérêt national, N’a pu échapper à la sentence de son irresponsabilité et son manque de courage devant l’Histoire. A vouloir échapper au problème, il devient incontournable dans l’urgence pour ne pas l’avoir résolu dans le passé.


    Est-ce la fin du mythe des schistes ? La réponse n’est pas encore connue dans notre pays !

    Nous sommes assujettis aux fantasmes et aux paradoxes de nos élus, et pas seulement sur ce sujet.



    Notre pays continue à fonctionner par l’uniformité d’une politique centralisée sous la tutelle d’une économie administrée par les divers composants de notre société. Mais aujourd’hui ce système technocratique hyper concentré devant la mondialisation, ne sait plus répondre rapidement aux changements technologiques et aux modifications sociales qu’elle engendre. Nous sommes toujours en retard. A présent instantanément tous les citoyens ont accès à l’information, aux réseaux sociaux, à toutes les bases de données mondiales, qui assurent de connaître en temps réel toute l ‘actualité sur tous les sujets, sans limite !

    La lourdeur de notre fonctionnement est telle que tout notre système patine et n’est plus au niveau de la compétition. Le pouvoir centralisé est devenu impuissant et déconnecté face à l’intérêt général et devant les attentes des citoyens. Pour paraître réactif, il ne sait plus que communiquer avec tout l’attirail médiatique à longueur d’espaces temps. Ce système politique consternant ne sait réagir qu’en fonction de chacune des exaspérations des catégories sociales des Français. Il a perdu le sens de la prospective face aux modifications profondes socioprofessionnelles des diverses composantes de la population. Dès à présent, la parole politique du pouvoir ne sait plus que s’adresser aux citoyens, qu’à la seule partie dont elle est issue, mais sans agir concrètement dans le sens attendu.

    La raison historique principale, de tous nos comportements est le manque de réalisme sans la recherche systématique de l’intérêt général par le compromis de celui qui produit et de l’autre qui administre.
    Résultat il y a incompréhension, blocage et conflit entre ces deux mondes qui n’ont pas le même objectif.
    Ils n’ont ni la même démarche, ni les même besoins, ni surtout les mêmes obligations.

    En réalité c’est le pays qui perd encore son temps, pendant que les autres continents la course en tête.
    De la 4 puis à la 6 et bientôt de la 9ème la place puissance mondiale, il y a urgence à réagir vite et bien en mettant en application dès à présent toutes les réformes fondamentale indispensables et courageuses.

    Les HGRM sont malheureusement, l’illustration de la problématique du défi français à analyser, décider et traiter sur un sujet qui demandait dès l’origine une étude multidisciplinaire du public et du privé, qui n’aurait pas occupé près de 10 ans notre espace temps, pour faire le bon choix unanime.

    Notre système administré est sous l’autorité de l’état pour le sous-sol, donc des HGRM.
    C’est donc, le Bureau Recherches Géologiques & Minières qui détient seul la décision et les autorisations d’explorations et d’exploitations, avec la signature du ministre de tutelle.
    Pour notre pays, ce sujet ne peut être traité que par cette haute administration des ingénieurs des mines.

    Alors pourquoi a-t-elle délivré les premières autorisations dès 2009 avec les permis l’exploitation en utilisant la FRACTURE HYDRAULIQUE, sans avoir su estimer et gérer les contre indications déjà connues ?

    Il a fallu la réaction outragée des habitants concernés, avec l’aide précieuse de scientifiques indépendants de la communauté internationale, pour faire abroger l’utilisation de cette technique hyper polluante.
    Le pouvoir de l’époque ayant pris conscience de ce risque, a fait voter en urgence la loi du 13/07/2011 supprimant l’utilisation et l’interdiction de cette technique pétrolière en France.


    LE SCHISTE CE N’EST PAS FINI !


    En 2016, Les autorisations de recherches traditionnelles des HGRM sont encore valables malgré la COP 21.

    Pays de l’OMOIS Sud de la PICARDIE
    L'Edito : Le 20 Avril 2016
    © Olivier ALERS
    lesintouchables1901@gmail.com
    www.Touchepasmaroche-mere.blogspot.fr


     

    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire