hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere: Recherche de pétrole dans le Vitryat Touchepasmaroche-mere: Recherche de pétrole dans le Vitryat

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Recherche de pétrole dans le Vitryat

    Recherche de pétrole dans le Vitryat

      Publié le 30 Aout 2012 




    Si le forage s'avérait positif, naîtra alors un deuxième puits de pétrole à Huiron, le quatrième dans le Vitryat.


    HUIRON (Marne). La société Toreador, quatrième producteur de pétrole français, et son partenaire Hess Oil France, filiale française, réalisent actuellement une plate-forme d'exploration pétrolière près de Huiron. Si le forage du sous-sol n'est pour l'instant pas programmé, l'infrastructure nécessaire au forage sera néanmoins achevée d'ici à deux mois.


    C'est parti pour deux mois de travaux. La plate-forme pétrolière, en vue d'une prospection des sous-sols de Huiron, est en cours de construction depuis une semaine. Située à deux kilomètres du village, le long de la D14, en direction d'Humbauville, cette plate-forme avait fait l'objet de déblaiement cet hiver. Il s'agissait alors d'un « décapage » des terres. « Ce décapage se fait sur 20 à 30 centimètres de profondeur de terre végétale, précisait à l'époque la direction France de Toréador. Il est en effet nécessaire que l'assise soit extrêmement solide pour accueillir cette plate-forme d'exploration. » 
    Les travaux sont actuellement menés par les sociétés Screg et Argoat pour le compte de la société Toréador, quatrième producteur de pétrole français et son partenaire Hess Oil, filiale française (lire également notre édition du 8 mars dernier). Débuté il y a une semaine, le chantier porte précisément sur des travaux de fondation, de génie civil et de construction d'un tube-guide. 
    Dans le détail, la première étape consiste à niveler le terrain. « Il s'agira ensuite de poser différentes couches afin de protéger le sol, précisément le sous-sol et les aquifères superficiels à savoir les nappes phréatiques », informe le service communication de Hess Oil. Ces différentes couches se résument à une membrane géotextile, puis à une couche de roche.
    Ensuite, les travaux porteront sur la construction du puits. Un avant-trou doit être réalisé à 40 mètres sous terre. Puis le chantier portera sur la pose d'un tube, appelé tube-guide d'un diamètre de 70 cm, qui sera ensuite installé jusqu'à une profondeur d'environ 30 à 40 mètres. Ce tube sera protégé auparavant par plusieurs couches composées de ciment, d'un anneau, à nouveau de ciment et d'un anneau. « Ces épaisseurs sont là pour protéger le puits de la fuite et de faille. » 
    La deuxième partie des travaux consistera alors à la mise en place sur tout le site, au-dessus du géotextile, de plusieurs couches de grave calcaire damées et d'une bâche étanche sur la partie centrale, « là où seront placés les équipements de forage ». 
    Enfin, une dalle en béton sera coulée sur 150 m2 environ tout comme une cave de 2,5 mètres de profondeur creusée et cimentée autour du tube-guide. Cette plate-forme sera alors prête à accueillir l'appareil de forage et donc à débuter la prospection des sous-sols. 
    « Mais aucune date n'est pas encore arrêtée pour l'instant », précise-t-on chez Hess Oil. C'est qu'amener cet appareil représente un coût et, généralement, Toréador l'amène sur un secteur lorsqu'il y a plusieurs sites à explorer. C'est en tout cas ce que la direction avait expliqué en mars dernier. 

    Pas avant 2013 

    Et si prospection il y a, ce ne sera pas avant fin 2012 début d'année 2013. Trois sites sont sur les rangs de la prospection, celui de Huiron mais également celui d'Ecury-sur-Coole et un autre installé en Seine-et-Marne. 
    « Le choix de la date dépend des travaux actuellement réalisés et de leur durée, répond-on chez Hess Oil, mais aussi du taux de probabilité d'y trouver du pétrole. » Après avoir un calcul sur plan et des données géologiques scientifiques, le taux de probabilité est à nouveau réfléchi grâce aux prélèvements des sous-sols effectués lors des travaux de la construction de la plate-forme. 
    « Avec ces travaux, on peut précisément étudier le sous-sol de manière concrète, passer à la loupe chaque couche géologique. On recoupe ainsi ces résultats avec les données existantes. Cela donne ensuite notre taux de probabilité pour chaque site. » 
    Pour rappel, la direction de Toréador s'est toujours dite intéressée par la prospection d'un troisième site dans la Marne dont le lieu exact est pour l'instant gardé secret. « Il n'y a rien encore de certain. Mais quand nous serons décidés, à savoir si on l'explore ou non, nous pourrions alors amener l'appareil de forage à Huiron et Ecury-sur-Coole », avait-elle alors lâché en mars dernier. 
    Mais exploration ne veut pas dire cependant exploitation du pétrole. Car si l'on en croit le taux de succès des explorations, celle de Huiron aurait de grandes chances de se solder par un échec : seul un forage sur cinq, voire sur six, s'avère fructueux. Un taux de succès faible comparé à l'investissement financier engagé : entre 3 et 6 millions d'euros sont nécessaires pour réaliser les études, les travaux et l'exploration. 
    Cependant, à Huiron, la recherche peut s'avérer plus fructueuse qu'ailleurs. A quelques kilomètres de là, le long la route départementale 2, s'enchaînent trois puits de pétrole exploités par Lundin International. La concession d'exploitation est même sur le point d'être renouvelée. De quoi, certainement, motiver ses concurrents.

    A.-S.C.

    Dans un souci de transparence, la société Hess Oil rappelle qu'elle a déposé des prospectus d'information à la mairie de Huiron.

     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire