hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Le pétrolier et les habitants face à face

    Publié le 28 Mars 2013  







    Jouarre, hier après-midi. Une trentaine de salariés de Hess Oil France ont répondu aux questions, souvent pointues, des habitants et membres de collectifs anti-schiste. (LP/V.R.)


    Hess Oil France a joué la transparence hier sur la plate-forme


    Pour la première fois hier, Hess Oil France a reçu les habitants de Jouarre et des environs, les collectifs anti-pétrole de schiste, pour jouer la transparence. Sous une grande tente, une trentaine de salariés essaient de convaincre les riverains que tout va bien se passer, qu’aucune fracturation hydraulique n’est envisagée puisqu’elles sont interdites en France. Des géologues détaillent la première phase : forage vertical de reconnaissance, avec prise d’échantillons de roches. Ils assurent que le bassin seine-et-marnais est sous-exploité. « La fracturation hydraulique a été effectuée 80 fois en France sans aucun incident, souligne Alexandre, géologue. La Roumanie a levé son moratoire. En France c’est interdit, comme rouler à 300 km/h sur une autoroute. Nous ne le ferons pas. »

    Un premier carottage d’ici deux à trois semaines 

    Mais le permis déposé autorise Hess Oil France à forer à l’horizontale, comme pour la fracturation hydraulique. « On fore surtout à l’horizontale, sous terre, pour chercher sur une plus grande surface, au lieu de poser trois puits en surface », explique une géologue. Hess commencera son premier carottage à Chartronges, près de La Ferté-Gaucher, dans deux ou trois semaines. Celui de Jouarre, si la prospection de roches est fructueuse, pourrait commencer en fin d’année. Aux stands, les échanges sont parfois vifs. Des antischiste s’énervent : « On ne veut pas de vos forages », lancent plusieurs voix. « Comment être sûr que vos puits seront étanches ? Vous dormez bien la nuit ? On ne peut pas croire ce que vous nous racontez avec les reportages qu’on a vus. » Fabien Vallée, élu d’opposition à Jouarre, et l’écologiste Pierre Doerler évoquent les études de scientifiques américains qui disent stop à la fracturation hydraulique. Les géologues semblent l’ignorer. « Notre travail est de trouver des hydrocarbures et le conventionnel reste le plus facile et le moins cher », précise le responsable commercial. Une employée rassure : « Vous verriez tout de suite des quantités de camions d’eau sur le site, si nous faisions de la fracturation hydraulique. » Hess n’a pas convaincu les opposants des collectifs mais a eu le mérite de s’y frotter.


    ©  Le Parisien - Valentine Rousseau

     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire