hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Gaz de schiste : Martin sur la même ligne que Batho

    Publié le 04 Juillet 2013  



    Le nouveau ministre de l’Écologie, Philippe Martin et sa prédécesseur, Delphine Batho

    Le successeur de Delphine Batho au ministère de l'Écologie est, comme elle, opposé à l'exploitation du gaz de schiste en France.

    Les foreurs et les industriels qui pensaient peut-être profiter du départ de Delphine Batho pour faire avancer leur position en faveur de l'exploitation du gaz de schiste risquent d'en être pour leurs frais. Le nouveau ministre de l'Écologie a été rapporteur d'une mission d'information parlementaire, en 2011, lorsqu'il était dans l'opposition, sur les gaz et huile de schiste. Tandis que son co-rapporteur François-Michel Gonnot (alors député UMP) se prononçait en faveur de la l'exploitation du gaz de schiste, quelques semaines avant le vote de la loi interdisant la fracturation hydraulique, Philippe Martin se déclarait hostile. «A l'issue de la mission qui m'a été confiée avec François-Michel Gonnot par la Commission du développement durable sur les gaz de schiste, la conclusion personnelle à laquelle je parviens est que la France doit renoncer à extraire de son sous-sol les hypothétiques gaz et huiles de schiste qui s'y trouveraient», écrivait le député du Gers sur son site

    Et d'expliquer sa position en évoquant les «conflits d'usage de l'eau», «l'altération des écosystèmes», «les risques de dégâts collatéraux sur la nappe phréatique» ou bien «le devenir des dizaines de tonnes d'additifs chimiques». Autant d'arguments «qui justifient une opposition résolue à une activité minière agressive qui a pu se développer sans contrôle démocratique des élus et des citoyens». 

    Dans l'hypothèse où les risques immédiats pour l'environnement de l'extraction de ces hydrocarbures étaient maîtrisés, Philippe Martin invoquait des arguments de fond, ceux-là même avancés ces dernières semaines par Delphine Batho et les écologistes: «La France doit renoncer aux gaz de schiste car en laissant se développer à grande échelle son exploitation sur notre territoire, elle rendra inatteignable l'objectif qu'elle s'est elle-même fixée de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre à l'horizon de 2050». 

    Dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, le ministère de l'Écologie a annoncé lundi, dans la précipitation, l'organisation d'un débat sur le gaz de schiste, ce mercredi, à 20h, au ministère, à l'hotel de Roquelaure.

    © Lefigaro.fr - Fabrice Nodé-Langlois


     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire