hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Le schiste, ce n’est pas fini

    Publié le 17 Décembre 2013  





    CHATEAU-THIERRY (02). L’association anti-pétrole de schiste, "les Intouchables 1901 ®" poursuit son action d’information et reste réservée sur les annonces politiques et gouvernementales.




    Créée le 21 mars 2012 par les habitants du Hameau de Gillauche à Rozoy-Bellevalle, l’association "les Intouchables 1901 ®", Touche pas  ma roche mère s’est attachée à s’entourer d’experts et des scientifiques européens « non pollués, ni par un clan politique, ni par un industriel », pour comprendre le fonctionnement des institutions françaises sur le dossier nébuleux de l’exploitation des ressources du sous-sol. « Savoir comment ça marche ! », accentue son président Olivier Alers. La compile de leurs recherches est visible sur leur blog, visité par plus de 22 800 internautes depuis sa création. 

    Des actions d’informations organisées régulièrement 


    L’information certes, mais aussi beaucoup d’action en vingt mois d’existence : distribution de tracts, création de quarante panneaux que l’on peut voir sur les bas-côtés de la D1 sur près de 20 km et organisation de séminaire à l’attention des maires, avec l’aide de l’association No Fracking France. 

    L’association a aussi réussi le tour de force d’organiser en 2013 un débat contradictoire entre des scientifiques et les représentants de Hess Oil à Artonges. Ces organisations n’ont pas eu le succès escompté avec moins de cent participants pour le dernier rendez-vous. « Malheureusement ces opérations pédagogiques, non idéologique ne passionnent pas, ni les habitants, ni nos élus locaux et nos sociétaires sans plus », regrette le président. « Ce dossier qui est pourtant très médiatisé, n’est traité que de façon polémique par les opposants. Le feuilleton à épisodes contradictoires finit par n’intéresser que ses seuls auteurs. » Le président a aussi la dent dure pour les politiques, pour qui les gaz et huiles de schiste seraient « un fonds de commerce » régulier depuis 2009 à l’approche de chaque élection. 

    Lors de la dernière assemblée générale, organisée à la salle des fêtes de Marchais-en-Brie, Olivier Alers a réaffirmé la démarche apolitique et l’opposition farouche de l’association, aux gaz et huiles de roche mère ainsi que l’interdiction de la technique de la fracturation hydraulique sur le territoire. Il s’est voulu prudent sur l’annonce faite par Philippe Martin le ministre de l’Écologie de ne pas signer les demandes de mutation de Hess Oil. « Il n’a pas non plus annulé ou supprimé ces permis de manière définitive… », glisse-t-il avant de dénoncer la position ambiguë et contradictoire des autorités sur le dossier. 

    Le pouvoir à la haute administration 


    Le pouvoir décisionnel ne serait pas au niveau du ministère, il serait aux mains de la haute administration. « C’est bien l’État seul qui met sur le marché des offres de concessions sous forme d’autorisation d’explorations conventionnelles », analyse-t-il. « Ce sont bien les autorités de tutelles qui instruisent et délivrent les permis, selon la loi et peuvent intervenir à tout moment selon les circonstances pour affirmer leur pouvoir. » 

    Dans le contexte actuel, l’association aura des difficultés à faire croire et surtout se faire entendre « Non ! Le schiste n’est pas fini. »


    © L'Union - L'Ardennais - Isabel Da Silva


     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire