hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere: L'EDITO Touchepasmaroche-mere: L'EDITO

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • L'EDITO

    CROIRE OU NE PAS CROIRE ?

     Publié le 30 Novembre 2016 








    « L’Art de la compétence et la qualité du Politique en toute circonstance, est de savoir anticiper et gérer les situations paradoxales qui demandent des choix courageux, sans cynisme souvent contraires à l’opinion, comme celles des sondages ».  Extrait de l’Edito du mois dernier.

    C’est toujours étonnant de voir les grands analystes nationaux, spécialistes du marketing politique se tromper aussi souvent, entrainant une avalanche d’erreurs et d’écarts contradictoires de la situation réelle du choix des citoyens. Les résultats catastrophiques de leurs conseils et des choix politiques qu’ils engendrent sont très surprenants et finissent par être inquiétants.
    Comment s’expliquent constamment ces dérapages avec le même mécontentement des citoyens ?
    L’analyse rationnelle ne serait elle pas le choix d’une stratégie programmée de communication pour affaiblir les oppositions, pour conforter l’action des politiques en charge ou en devenir du pouvoir ?

    La seule explication cohérente de ce phénomène déviant est l’utilisation massive de la méthode publicitaire par la propagande médiatique qui nécessite non seulement de très gros moyens financiers, mais aussi l’aide de la complicité de nombreux lobbys.
    Cette technique efficace exploite le coté répétitif d’un message qui finit par créer et ancrer une croyance artificielle comme une vérité. « C’est écrit dans le journal et/ou ils l’ont dit à la télé ».
    Les promesses n’engagent elles pas que ceux qui y croient ?
    Oui, dit le proverbe, mais la limite est bien connue : le Dire qui se heurte au Faire.
    Car les faits sont têtus ; ils entrainent la rupture de confiance envers ceux qui l’ont dit et qui ne l’ont pas fait !

    En politique la sentence de facto est la défiance, source de l’émergence du populisme et du nationalisme.
    La seule stratégie politique d’exister par la gesticulation protestataire dans la rue, a démontré ses faiblesses et le désintérêt des électeurs par la disparition de ce positionnement éculé par tromperie.

    La contestation est le droit fondamental de la démocratie. Elle doit s’appliquer dans le cadre légal avec les moyens appropriés par la mise en lumière d’arguments honnêtes, fiables, convaincants.

    Il est donc nécessaire et essentiel de bien connaître les espaces de gouvernance où sont prises les décisions. Il s’agit de la haute administration, son fonctionnement, les structures et d’en comprendre les mécanismes de ce corps, par ceux qui les utilisent pour nous gouverner.
    Sans cet effort complexe il est difficile de mesurer la véracité des propos, des projets, des intentions et devant la multitude de commissions sur les sujets qui nous concernent, surtout n’étant pas du sérail.

    Cette étude fastidieuse bien que légitime, entreprise depuis la création pour notre action, sur les risques du Fracking des Huiles Gaz Roches Mères sur notre région, nous a permis de mieux comprendre et surtout déterminer : qui et où avait le pouvoir réel de décider, dans notre économie administrée.
    Il est composé d’une caste prédominante hermétique, avec un cercle de prédateurs de tous bords, et des divers lobbys, médiatiques, politiques, industriels, financiers. Cet ensemble hétéroclite est en réalité très homogène dans ses objectifs pour obtenir le plus possible d’avantages à son seul profit. Remarquons la porosité de ce corps avec tous les pouvoirs exécutifs successifs. Il est vrai qu’ils sont très souvent issues du même corps et passent d’une situation à l’autre, en conservant leur ancienneté.

    Le bien fondé de notre action au sein de ce pouvoir est un vaste chantier compliqué d’accès, réfractaire au changement et à l’écoute de ce système arbitraire qui finit pour se protéger à être opaque. Face à ce microcosme beaucoup de citoyens sont immobiles et pensent être démunis pour s’opposer au risque de la fracturation hydraulique. Pour notre part, nous restons mobilisés très vigilants pour combattre et obtenir les solutions adéquates de l’intérêt général des habitants, par la suppression définitive des permis des HGRM.


    EN FRANCE, LE SCHISTE CE N’EST PAS ENCORE FINI !


    Pays de l’OMOIS Sud de la PICARDIE
    L'Edito : Le 30 Novembre 2016
    © Olivier ALERS
    lesintouchables1901@gmail.com
    www.Touchepasmaroche-mere.blogspot.fr


     

    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire