hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere Touchepasmaroche-mere

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • Le cours du pétrole dégringole, plombé par une offre pléthorique, le pétrole de schiste pèse

    Publié le 15 Juin 2017  


    Lien vers l'article original: ici

    Le prix du baril a dégringolé mercredi, tant à New-York qu’à Londres, plombé par une offre pléthorique. Les cours auront ainsi chuté jusqu’à leur plus bas niveau en clôture observé depuis novembre 2016. Ils auront été particulièrement impactés par la publication d’un rapport faisant état d’une offre abondante d’or noir aux Etats-Unis.

    Le prix du baril de « light sweet crude » (WTI) aura au final perdu 1,73 dollar en une seule journée, cloturant à 44,73 dollars en ce qui concerne le contrat pour livraison en juillet sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

    Parallèlement à Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord chutait de de 1,72 dollar, à 47,00 dollars, sur le contrat pour livraison en août sur l’Intercontinental Exchange (ICE).

    Les cours sont partis à la baisse juste après la parution, en début de séance, du rapport hebdomadaire du département américain de l’Energie (DoE). Ce dernier a fait état d’une baisse moins forte qu’attendu des réserves de pétrole brut ainsi qu’une augmentation inattendue des stocks d’essence.

    Lors de la semaine achevée le 9 juin, les réserves commerciales de brut se sont repliées de 1,7 million de barils pour revenir à 511,5 millions, les analystes interrogés par Bloomberg tablant quant à eux sur une diminution de 2,4 millions.

    Ce maintien des stocks à un niveau élevé est d’autant plus préoccupant que les raffineries américaines ont parallèlement augmenté leur cadence, un contexte en théorie propice à la réduction des volumes stockés. Elles fonctionnent désormais à 94,4% de leurs capacités. Si certes, de facto, une baisse des réserves a pu être observée, les investisseurs ont montré une forte inquiétude face à ces chiffres, s’attendant à une chute des stockes beaucoup plus franches.

    Les réserves d’essence ont augmenté pour leur part de 2,1 millions de barils, le consensus établi par Bloomberg tablant quant à lui sur un repli de 1 million.

    Autre élément notable à prendre en compte : la publication du rapport du DoE est intervenue en même temps que celui de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) indiquant que la production de pétrole dans les pays non membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) augmentera en 2018.

    Selon l’AIE, en 2018, les Etats-Unis produiront quotidiennement 14,1 millions de barils par jour (mb/j), une production en hausse de plus d’un million de barils par jour en valeur glissante annuelle.

    Encore une fois, les producteurs US – notamment de pétrole de schiste - augmentent leurs extractions, profitant ainsi d’une manière détournée des efforts de l’Opep et de ses partenaires en vue de restreindre l’offre disponible sur les marchés. Ils ont pour cela récemment décidé de maintenir leurs quotas de production de pétrole jusqu’en mars 2018, l’objectif final étant de tenter de soutenir les prix. Le rapport de l’AIE suggère que l’Opep augmente encore ses efforts rts d’ici la fin de l’année pour pouvoir aboutir à un rééquilibrage du marché.Sources : AFP, AWP, Bloomberg


    © Elisabeth Studer – 14 juin 2017 pour leblogfinance.com


     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire