hit counter

Meta Tag Generator

Touchepasmaroche-mere: L'EAU en PERIL Touchepasmaroche-mere: L'EAU en PERIL

  • ACCUEIL
  • L'EDITO
  • L'EAU en PERIL



    La loi REACH :


      Publié le 10 Juin 2012 
    REACH est une loi promulguée par la Communauté Européenne qui implique l’enregistrement de toute substance actuelle auprès de l’agence européenne du produit chimique créée à cet effet. Selon REACH, tout Producteur / Importateur de produits chimiques, doit assumer l’entière responsabilité de ses produits tout au long de la «supply chain». Cela ne signifie pas uniquement s’assurer de l’inoffensivité du produit en tant que tel, mais aussi de l’inoffensivité du produit dans le cadre de l’ensemble de ses utilisations. Une évaluation du risque chimique doit être effectuée et formalisée sous la forme d’un rapport (CSR : Chemical Safety Report) pour chaque utilisation de nos produits. 


    Le danger des forages pour l'EAU et notre ENVIRONNEMENT


    Deux types de forage
    (Voici notre futur, si nous ne faisons rien) 


    Ces techniques ne sont pas sans poser de lourds inconvénients pour notre environnement.

    Un risque majeur pour l'environnement et la santé publique.

    La  fracturation hydraulique requiert en premier lieu d'importantes quantités d'EAU, plusieurs millions de litres d'eau pour chaque gisement exploité. Elle utilise de nombreux produits chimiques dont on ne connaît d'ailleurs pas la liste exhaustive.

    On trouve notamment des produits gélifiants, des antibactériens, des acides.

    Selon le département de la PROTECTION de L'ENVIRONNEMENT en Pennsylvanie, c'est un véritable cocktail chimique qui est utilisé par l'industrie avec des composés souvent hautement "CANCÉROGÈNES", reprotoxiques  et toxiques pour des milieux aquatiques. A été identifié entre autre le benzène et ses dérivés, etc ....

    Une partie seulement de l'EAU utilisée est récupérée (50 à 90%) dans de vastes bassins de récupération et nécessite d'être traitée. Hélas, les stations d'épuration URBAINES ne savent pas TRAITER ces effluents.

    L'évaporation des émissions de Co2 entrant en contact dans l'air, les émissions de diesel des camions et des génératrices présentes sur le site produisant de l'ozone troposphérique, peuvent se déplacer sur des centaines de kilomètres.

    Outre les émissions toxiques dans l'atmosphère liées aux torchères (Co2 etc ...), l'extraction génère des risques réels de fuites de sulfure d'hydrogène, un gaz TOXIQUE et EXPLOSIF.

    De plus, les équipements d'extraction de GAZ DE SCHISTE fonctionnent de façon continue et constituent une source importante de bruit à laquelle s'ajoute les transports sur les routes liés à l'activité.

    (A ce titre, l'expérience Américaine doit nous éviter d'importer en EUROPE ce qui s'apparente de plus en plus à une catastrophe environnementale)

    Source : deleaudanslegaz.com 

    Problème des eaux usées à traiter




    Aux prises avec des baisses de revenus, les autorités du service de traitement d'eau de Niagara Falls a eu une idée pour trouver une source d'argent l'an passe : pourquoi ne pas traiter les eaux de fracturation toxiques générées par les forages pour le gaz naturel dans son usine de traitement d'eau usées. Lorsque l'exploitation débutera sans l'Etat de New York? En acceptant de traiter les déchets, on réglerait ainsi le problème de revenus tout en ralentissant les hausses de tarifs des clients, de cette région, dont le contexte n'est pas très florissant. TEL EST LEUR RAISONNEMENT.

    Mais l'idée d'avoir des fluides de fracturation transportée par camion-citerne dans les rues de la ville, les traiter et les déverser dans la rivière Niagara a effrayé les résidents dont plusieurs se rappellent encore la crise du live canal des années 1970. Par vote unanime, le conseil municipal de Niagara Falls a bloqué le projet ce printemps en interdisant le traitement, le transport, le stockage et la disposition des fluides de forage à l'intérieur de son territoire " Nous n'allons pas recommencer ce cauchemar, un désastre chimique" dit le président , Samuel Fruscione

    L'EPA établit en ce moment des normes nationales de pré-traitement des déchets envoyés aux usines de traitement d'eaux usées municipales ou privées, après s'être rendu compte que beaucoup d'entre elle ne sont pas conçues pour traiter ce genre d'eaux usées et pouvaient polluer les rivières et d'autres cours d'eau.

    Une autre option serait de construire des nouvelles usines de traitement adaptées à l'industrie de fracturation hydraulique, mais pour les représentants cette industrie, la nécessité des ces investissements n'est pas justifiée. Pour compliquer les choses, les ANTI-SCHISTE ont déjà provoqué des douzaines d'interdictions connexes à la fracturation hydraulique comme celle prises dans la municipalité de Niagara FALLS.

    L'agence environnementale de l'Etat à déjà été claire les plans spécifiques de traitement des déchets doivent être mis en place avant que les permis de forage soient émis, de même que les sites des traitements des déchets. C'EST LA RESPONSABILITE DE L'INDUSTRIE GAZIERE "c'est le problème de l'industrie" a déclaré Monsieur Martens dans une entrevue " ce n'et pas a l'état de trouvé des sites de traitement de ces déchets".

    Certains officiels de l'industrie minimes les problèmes disant que les avancées technologiques permettent de recycler la majorité des déchets. En attendant que de nouvelles usines de traitement soient construites et entrent en fonction.

    Le stockage définitif ou traitement



    La deuxième phase consiste soit à injecter l'eau récupérée en profondeur, soit à traiter et éventuellement la réutiliser pour une fracture suivante.

    Source : Nofrackingfrance

    Des documents confidentiels sur les dangers des gaz de schistes

    Publié par le "NEW-YORK TIMES"


    Ils démontrent que les eaux rejetées par les forages sont dangereusement radioactives…


    Le Wikileaks des gaz de schiste. Vendredi 26 février, le New York Times publiait des données triées parmi 30.000 documents confidentiels produits par l’EPA, l’agence de protection de l’environnement américaine. Ces documents révèlent que les eaux rejetées par les forages de gaz de schiste sont radioactives à des taux qui peuvent atteindre 1.000 fois les limites autorisées pour l’eau de boisson.
    Selon les documents que s’est procurés le New York Times, les niveaux de radioactivité dans les eaux usées sont tels que les industriels ne peuvent pas les dépolluer complètement. La moitié des eaux serait donc envoyée dans les stations d’épuration traditionnelles, qui n’ont souvent pas les capacités de ramener les eaux à des niveaux correspondant aux normes requises pour l’eau de boisson.

    Source : Nofrakingfrance

    Effets collatéraux importants


    Les scientifiques de l’EPA ont beau s’alarmer, mettant en garde contre une radioactivité dangereusement élevée dans l’eau du robinet, rien n’a été fait pour contrôler le retraitement des eaux issues des forages. Et les autres effets collatéraux des gaz de schiste, notamment la pollution de l’air, inquiètent les chercheurs. «Les impacts de la fracturation hydraulique sur la santé, ainsi que des contaminations de l’air et de l’eau, ont été constatés dans au moins une douzaine d’Etats», témoigne Walter Hang, président de l’entreprise "Toxics Targeting", qui collecte des données sur les forages de gaz.
    Si aucun cas n’a encore été avéré, la contamination au radium des eaux de boisson ou des aliments peut être la cause de cancers. Au Texas, où de nombreux forages ont été creusés ces dernières années, le nombre d’enfants asthmatiques a fortement augmenté dans les villes voisines.

    Source : Carmen "Teo France"
    Par : Audrey Chauvet

     
    Partager en 1 clic :
    Imprimer ou télécharger en PDF cet article :
    Print Friendly and PDF

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire